Cannes Chante la Diversité

On 14/05/2011 by Nicolas Gilson

Le cinéma « queer » est d’actualité ce samedi, après avoir été célébré au pavillon américain hier, avec la projection en Séance Spéciale à la Semaine de la Critique du film WALK AWAY RENEE de Jonathan Caouette dont TARNATION, sa première réalisation, avait impressionné la Croisette et Sundance il y a quelques années.

Mais l’évènement du jour est sans conteste la présentation en Sélection Officielle, Hors Compétition, du nouveau volet de PIRATES DES CARAIBES. Une projection qui lève un rideau d’ombre sur le second premier film présenté en Compétition, MICHAEL de Markus Schleinzer, ainsi que sur HEARAT SHULAYIM de Joseph Cedar, sans parler du film de Robert Guédiguian présenté au Certain Regard, LES NEIGES DU KILIMANDJARO.

Et si un vent de folie entoure la présence de Johnny Depp et Penélope Cruz, il n’empêchera BOLLYWWOD d’être mis à l’honneur. Aussi, peut-être plus que les autres jours, le Festival de Cannes chante la diversité !

CECI N’EST PAS UNE CEREMONIE

Le pavillon américain, voisin du pavillon belge où se tenait la soirée de Wallimage, a organisé sa traditionnelle soirée « queer ». Le line-up de cette soirée comptait notamment John Cameron Mitchell, le réalisateur de RABBIT HOLE, SHORTBUS et HEDWIG AND THE ANGRY INCH. Une soirée ouverte où l’on a pu croiser plusieurs visages connus (notamment Ezra Miler, le Kevin « we have to talk about »), des organisateurs de festivals « queer » ainsi que des membres du jury de la Queer Palm.

A un jet de pierre donc, Wallimage célébrait le cinéma « made in Wallonia »… de manière peu commune. En faisant allusion à une citation mythique. Une citation aux multiples variantes qui représente souvent notre pays de part le monde. Une citation qui correspond sans doute très bien à une situation politique mais qui devient bancale lorsqu’elle est apposée sur une baraque à frites en bord d’eau à Cannes. Lorsque Magritte apposa « Ceci n’est pas une pipe » sur un tableau représentant une pipe, ne soulignait-il pas le contraste magique qui existe entre l’objet et sa représentation ? Mais qu’importe car le contraste est là. Aux strass et aux paillettes les autorités de Wallimage ont répondu par des cornets de frites et des fricadelles. Une touche d’humour qui amuse de nombreuses personnes et contente bien des estomacs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>