Cannes 2018 : La Justice A Tranché

On 10/05/2018 by Nicolas Gilson

THE MAN WHO KILLED DON QUIXOTE clôturera bel et bien le 71e Festival de Cannes. La Justine a rendu son avis et déboute Paulo Branco et sa sa société de production Alfama Films Production. Le juge des référés vient, par sa décision, confirmer que, contrairement à ce que n’ont cessé de prétendre messieurs Branco, entre autres attaques diffamatoires et mensonges, le Festival de Cannes ne s’est jamais placé au-dessus des lois ni n’a tenté de passage en force.

Paulo Branco et sa société de production Alfama Films Production sont donc logiquement déboutés de leurs demandes indemnitaires à l’égard du Festival de Cannes qu’ils n’ont pourtant pas hésité à dénigrer dans la presse et sur les réseaux sociaux en affirmant que ses organisateurs n’avaient pas le droit de sélectionner THE MAN WHO KILLED DON QUIXOTE pour le présenter au public cannois.

Le Festival de Cannes, qui a répété tout au long de cette affaire, qu’il se plaçait toujours du côté des créateurs, se réjouit de constater que la justice autorise la présentation d’une œuvre dont on sait à quel point il était important pour son réalisateur de la voir présentée enfin au public.

Depuis mardi, le cinéma a repris ses droits. Le Festival est un espace de liberté unique. Il le restera.

THE MAN WHO KILLED DON QUIXOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>