Cannes 2018 – Chronique #09 Coup De Génie

On 17/05/2018 by Nicolas Gilson

En cette 71ème édition du Festival de Cannes, nous ne sommes pas au bout de nos surprises tant au gré de sa sélection Thierry Frémaux nous invite à un voyage oscillant entre périples et grandes découvertes. Et alor que nous avions énormément d’attende de la part de David Robert Mitchell avec UNDER THE SILVER LAKE et que nous redoutions quelque peu le retour de Chang-dong Lee avec BURNING (tant nous ne voulions pas être déçus), c’est exactement le sentiment inverse qui s’est imposé. Tandis que le jeune réalisateur américain ressuce à la fois son propre cinéma et celui de ceux à qui il tente de rendre grossièrement hommage, le réalisateur sud-corréen parvient à réinventer narrativité et mise en scène en nous emportant au coeur d’une réalité dont les contours se troublent irrémédiableiablement jusqu’à tendre à un haletant thriller.

Under the silver lake

Si en 2014 David Robert Mitchell avait fait sensation sur la Croisette avec la présentation à la Semaine de la Critique de IT FOLLOWS au point que nombreux reprochèrent au délégué général d’être passé à côté de ce thriller horrifique, il est indéniable que l’accueil de son troisième long-métrage en Compétition laisse quelque peu dubitatif. Si le réalisateur plonge le spectateur au coeur d’un nouveau thriller dans une fantasmagorique Cité des anges, il signe un film à ce point référentiel et esthétisant qu’il apparaît prétentieux et grossier. Certains verront du génie là où d’autres pointent l’arrogance. UNDER THE SILVER LAKE a au moins le mérite de ne pas laisser indifférent, même si la déception s’impose (mais sous doute est-ce parce que nos attentes étaient élevées).

Invité pour la troisième fois en Compétition où il avait remporté le Prix du Scénario en 2010 pour POETRY, Chang-dong Lee sigen avec BURNING une grande oeuvre de cinéma. Impressionnant la vitalité douce de son protagoniste, un jeune coursier qui se rêve écrivain, qui tombe immédiatement amoureux d’une ancienne voisine, le cinéaste compose un récit empli de trouble dont il s’émancipe merveilleusement afin de nous fondre au coeur d’un thriller dont les contour ne cessent de se redéfinir. Mis en scène avec virtuosité, le film est père d’une multitude de débat tant il laisse les spectateurs libres d’en interpréter le sens. Un coup de génie.

Burning Burning_3.jpg Burning_5.jpg Burning_7.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>