Cannes 2018 – #04 Engagé, Stylisé ou Dégueulé

On 12/05/2018 by Nicolas Gilson

Force est de constater que du côté de la Compétition Officielle la sélection, jusqu’à présent, en impose. Cette quatrième journée assoit l’impression le niveau est déjà très élevé avec des titres aisément palmables. Nous avons ainsi pu découvrir le très (trop) stylisé COLD WAR de Paweł Pawlikowski, l’admirable ASH IS PUREST WHITE de Jia Zhangke et le nouveau dégueulé de Jean-Luc Godard, LE LIVRE D’IMAGE.

cold war

Accueilli vigoureusement par la presse, COLD WAR (Zimna Wojna) confirme le talent de Paweł Pawlikowski pour la mise en scène. Comme le titre le laisse suggérer, le réalisateur polonais nous plonge dans la réalité de la guerre froide sous l’angle d’une relation passionnelle entre un musicien et une chanteuse en quête, l’un et l’autre, de liberté. Une histoire folle qui les conduira de la Pologne stalinienne au Paris Bohème des années 1950… Et comme le titre le sous-tend également, la passion est plus trouble qu’il n’y parait. Un film peut-être trop maîtrisé.

Absent comme à son habitude, Jean-Luc Godard jongle avec les nouvelles technologies tant autour de son film que dans la mise en place de celui-ci. Ping-pong improbable où les sons et les images semblent nous être jetés au visage et fourrés dans les oreilles, LE LIVRE D’IMAGE est une nouvelle fois un film à thèse qui repose sur un montage dont la logique appartient au seul réalisateur. Cette fois-ci nous sommes sortis avant de nous faire chier dessus.

ash-is-purest-white

Enfin, la véritable surprise du jour fut ASH IS PUREST WHITE (Les éternels). En suivant le parcours d’un personnage féminin sur plusieurs décennies, Jia Zhangke propose une radiographie sensible de l’évolution de la Chine vers sa réalité contemporaine. Au-delà, le réalisateur propose à son actrice XX un rôle magistral tant il se veut complexe et évolutif. Derrière la singularité d’un récit et d’un sacrifice (qui se voudrait perpétuel), le cinéaste signe un film d’autant plus empli d’humanité que sa protagoniste ne cesse de se battre pour un homme qui en est certainement dépourvu. Passionnel, symbolique et véritablement sensationnel.

En marge de la compétition, nous avons découvert au Certain Regard l’anecdotique MON TISSU PREFERE de Gaya Jiji dont les enjeux (entre désir de liberté, quête de soi et espoirs pluriels de quitter Damas où la révolution gronde) et les personnages, pourtant très intéressants, nous ont laissé de marbre. Le plaisir de retrouver Manal Issa ne suffira pas à nous emballer. Dommage.

mon-tissu-prefere

Pour clore la journée nous ferons une pointe à la Semaine de la Critique, curieux d’y découvrir DIAMANTINO dont le synopsis est inénarrable.

Diamantino, icône absolue du football, est capable à lui seul de déjouer les défenses les plus redoutables. Alors qu’il joue le match le plus important de sa vie, son génie n’opère plus. Sa carrière est stoppée net, et la star déchue cherche un sens à sa vie. Commence alors une folle odyssée, où se confronteront néo-fascisme, crise des migrants, trafics génétiques délirants et quête effrénée de la perfection.

Flirtant avec la série Z jusqu’à pleinement l’assumer, le premier long-métrage de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt est une véritable source de bonheur. Extrêmement drôle dès sa séquence d’introduction, le film ne cessera de nous surprendre fort de nous faire exploser de rire sans jamais être superficiel. Pourtant, de superficialité, il en est question. Double improbable de l’icône footballistique portugaise, Diamantino transcende tous les clichés de la figure – orientation sexuelle inclue. Mais le véritable plaisir est de voir comme les réalisateurs ordonnent avec une passion palpable un joyeux bordel tout en apportant un regard éclairant sur le devenir de l’Occident – entre montée des extrémismes, manipulation des masses, capitalisme effréné et normalisation à l’outrance. Le soin accordé aux décors et accessoires, qui participent pleinement au récit rocambolesque, est purement jubilatoire. Un manifeste queer foncièrement queer !

Diamntinole livre d'images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>