BXL-USA

On 09/11/2012 by Nicolas Gilson

A dessein caricatural, BXL-USA est une comédie balourde et absconse qui joue la carte du sentimentalisme. Celui à la fois d’une certaine belgitude et celui, aussi et surtout, de la relation mère-fils. Malgré un ton qui s’impose d’emblée, le film peine à se mettre en place. Néanmoins le rire s’impose.

Fils à maman quoi qu’il en dise, Léopold est un gentil paumé, amoureux de Gratuite dont il aimerait bien voir les seins. Bigleuse au bord de la cécité, Florette, la mère de Léopold, qui a décidé de partir aux USA participer à un concours de chant, confie l’argent nécessaire au voyage à Gratuite. Mais après une soirée arrosée l’argent a disparu, à coups de bières. Léopold décide de mettre en scène le voyage de sa mère et bricole un périple improbable. Une gageure qui se combine à l’objectif de découvrir, enfin, qui est son père.

Le trait est épais, caricatural voire grotesque. Si le but n’est pas de tendre au réalisme, les personnages auxquels donnent vie Patrick Ridremont, Charlie Dupont ou encore – avec plus de difficultés – Marie Kremer manquent de crédibilité et de cohérence. Le film semble construit comme une succession de sketchs. Certes, telle une colonne vertébrale, une ligne narrative (le voyage bricolé) se dessine et tient les séquences entre elles sans pour autant convaincre tant les illogismes sont nombreux. Le ton, une fois la logique intégrée, fait toutefois mouche tant c’en devient énorme. Loin d’être génial, le film séduit et divertit.

BXL-USA

Réalisation : Gaetan Bevernaege
Belgique / France – 2011 – 90 min
Distribution : CNC
Comédie

Comments are closed.