Blanc Comme Neige

On 16/03/2010 by Nicolas Gilson

La critique vidéo : Cliquez ICI.
La critique complète : Cliquez ICI.
Le film en salle : CINEBEL.BE

LA FEMME, CETTE ICONE ARCHETYPALE

En réalisant un film de genre à la française envisagé comme un thriller familial (sic), Christophe Blanc signe un film relativement mièvre, à l’écriture inégale, dépourvu d’une singularité esthétique au sein duquel l’image de la femme est proprement déplorable.

Malgré une admirable photographie et un riche casting, BLANC COMME NEIGE s’embourbe dans la voie sombre des films à suspens aux effets multiples, âprement démonstratifs et sans réelle originalité. Pourtant la base de la trame narrative, sans prétention, recèle un rythme efficace, une ligne simple censée fonctionner. Mais Christophe Blanc prend ses distances quant à ce possible papier à musique en optant pour une stylisation inopportune. De part ses choix esthétiques il met à mal la logique même du film de genre. Tentative bancale d’atteindre par là la mise en place d’un réel langage cinématographique … Comme trop souvent dans le cinéma français, le réalisateur ne témoigne d’aucune radicalité esthétique, il touche à une pluralité d’effets tous plus creux et éculés les uns que les autres – tel un surcadrage constant où les vitres ne cessent de mettre en place une logique de filtre jamais exploitée.

L’élément le plus désappointant du film est sans conteste le recours au truc de la voix-over. Elle affirme l’absence de réel point de vue : alors que deux protagonistes se prêtent au jeu du commentaire narratif, aucune logique de regard sur l’action ou de pluralité d’angles d’approche du récit ne prend place. La « voix » conditionne, résume, explique. Dès lors sans doute est-ce normal que les renforts musicaux se veulent platement atmosphérique … Une atmosphère pourtant intrigante lorsque le film s’ouvre – le graphisme du générique semble prometteur – … en vain.

Le rythme du film frôle la catastrophe. Certaines séquences fonctionnent très bien … indépendamment des autres. C’est que le réalisateur tend à un auteurisme certain, en s’intéressant notamment à la psychologie de ses protagonistes, alors que la logique du récit mériterait une approche plus radicale, une simplicité respectant la primauté du film de genre et la définition d’une ligne stylistique claire. Paradoxe s’il en est, l’absence de singularité provenant de la tentative d’affirmer un style … Le résultat conduit à la mièvrerie. Et au-delà au rejet de la logique archétypale du film de genre, si bien que BLANC COMME NEIGE en devient un film misogyne.

Envisagé sous un regard machiste, le prisme des possibles féminins se résume en les figures stéréotypées de la mère respectée, l’épouse trompée, la maîtresse objectualisée, l’enfant à protéger, la secrétaire ou encore l’épouse vampirique. Celle-ci se veut évidemment le moteur même de la perte de la figure masculine, la raison de sa déraison, qui ne peut que le conduire à la perdition. La caractérisation du personnage interprété par Louise Bourgoin repose sur une vénalité intrinsèque, constitutive qui s’impose comme évidente dans l’esprit de son époux. Cette femme-objet pourtant dotée d’une intelligence évidente – elle maîtrise plusieurs langues, a conscience de sa plastique mais se refuse d’être un faire-valoir – devient tristement l’archétype pathétique de la femme intéressée qui ne pourrait supporter un revers de fortune. Par là même, cette impossibilité supposée par l’homme de quitter le matériel, elle lui impose la marginalité, les erreurs de jugement … en somme la perte ! Véhiculisation d’une « image » digne d’une triste psychologie de comptoir.

BLANC COMME NEIGE
*
Réalisation : Christophe BLANC
France / Belgique – 2009 – 95 min
Distribution : BFD
Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>