Black Movie : Une (double) personnalité

On 22/01/2014 by Nicolas Gilson

Une programmation bien plus dérangeante que celle du Ramdam, tout aussi surprenante que celle du OffScreen et interpellante que celles du Pink Screens ou du P’tit ciné : témoignant d’un éclectisme détonnant le Black Movie ne propose pas moins que le meilleur du cinéma indépendant. Les regards suggestifs et sans compromis des deux programmatrices se croisent afin d’exciter nos sens. Singulier, réflexif et jouissif.

L’événement célèbre cette année sa quinzième édition. Succédant à un festival dédié au cinéma et à la culture africains, le Black Movie s’est développé et sans cesse renouvelé depuis 1999. A sa tête Maria Watzlawick et Kate Reidy, les deux directrices et uniques programmatrices, sélectionnent les films tant sur base de critères esthétiques que sociétaux. Le festival devient dès lors tout à la fois une vitrine de la production indépendante internationale et un regard posé sur le monde sans cesse en mouvement – la carte blanche donnée cette édition au Festival de Pékin est probablement l’exemple le plus parlant. Une seule directive : aucun compromis.

Fortes de ne pas s’ouvrir aux soumissions, Maria et Kate, la première depuis quinze ans et le seconde depuis plus récemment, construisent leur programmation dans la prospection. Elles parcourent les festivals et témoignent d’une grande curiosité pour dégoter, chaque année, les perles rares. Si le cinéma asiatique est massivement représenté, il entre notamment en dialogue avec les réalisations du « Sud » qui trouvent ici un bien joli écrin. Au fil des projections, les idées se bousculent et si un film ne convainc guère sachez que les programmatrices vont en parler avec tellement de verve que vous ne pourrez que mettre votre jugement en perspective.

Le Black Movie est avant tout une question de passion – d’ailleurs seuls les films qui excitent les sens des deux directrices y trouvent leur place. A travers leur sélection de fictions et de documentaires, Kate et Maria proposent un singulier voyage, qu’importe le format, dont les grandes lignes donnent vie à des sections renouvelées annuellement. Ce sont en effet les découvertes et les coups de coeur qui dessinent les axes thématiques d’une édition à l’autre. Touchant à tous les genres et ouvrant les yeux sur le monde qui nous entoure, en donnant une place privilégiées aux individus qui le peuplent, le festival pourrait s’enorgueillir de sa richesse. Il n’en est rien et cela le rend d’autant plus séduisant.

Maria Watzlawick et Kate Reidy 0170©MiguelBueno

Black-Movie-Fond-décran.jpg

0358©MiguelBueno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>