Critique : Bang Gang, une histoire d’amour moderne

On 26/01/2016 by Nicolas Gilson

A gré de la pulsion de ses personnages, Eva Husson nous immerge avec sensualité dans la souvenance de leur abandon au désir avec autant de lucidité que d’inconscience. L’expressivité de la mise en scène transcende avec acuité leur ivresse et leurs transports alors qu’ils revendiquent leur liberté jusqu’à s’en bruler les ailes. Charnel jusqu’à en devenir sensoriel, BANG GANG se veut électrisant.

Cette année-là, alors que les trains déraillent Lætitia (Daisy Broom), George (Marilyn Lima), Alex (Finnegan Oldfield) et Gabriel (Lorenzo Lefèbvre) sillonnent entre l’enfance et l’âge adulte. L’amour, l’amitié et la sexualité s’interpénètrent non sans fracas. Eva Husson questionne ce réveil, cet éveil à soi-même, en construisant un récit à quatre voix dont elle devient l’observatrice discrète. « Cette année-là », Leatitia, George, Alex et Gabriel vivent. Intensément. Il se découvrent, se trompent, s’aiment et apprennent à s’aimer.

BANG GANG une histoire d'amour moderne 2

La séquence d’ouverture plante le décors, suave et exaltant, d’une sexualité ludique et d’une certaine perdition. Après nous avoir fondu à l’exaltation, elle nous conduit 2 mois plus tôt, lorsque s’ancre le basculement qui bouleversera, à jamais, ses personnages. L’hypothèse-même de la narration est alors initiée par le recours à une première voix-over, une des voix du film. D’emblée, l’oraginicité de l’approche s’impose et fait sens. Les regards se croisent. La pulsion domine. Derrière une apparente légèreté, faisant corps avec l’énergie des personnages, Eva Husson compose un scénario complexe d’une rare sensibilité, comme suspendu dans le temps et ses intentions, à l’image de l’adolescence. Pensée dans le détail, l’écriture s’efface pleinement tant BANG GANG impressionne nos propres sens.

Sans concession ni fausse pudeur, la réalisatrice n’epargne rien mais évoque tout. Elle se veut témoin et son regard n’est jamais voyeur. Éblouissant. 

Le travail sur le son est sensationnel. Tourbillon au coeur d’une réalité vertigineuse qui emporte les personnages au-delà d’eux-mêmes, à la rencontre d’eux-mêmes. La photographie se révèle magnétique et fascinante. Miroir de la construction narrative, l’orchestration sonore et visuelle de Eva Husson est proprement envoutante. Violente aussi. La réalisatrice nous fond à l’énergie et au ressenti de ses personnages pour mieux nous en distancier, nous conduisant à vivre leurs émotions tout en en prenant conscience. Maitresse de l’envoutement, la réalisatrice nourrit son approche de pistes musicales qui participent à l’organicité générale – transcendant tantôt la transe, la solitude ou l’enchantement de ses personnages.

BANG GANG une histoire d'amour moderne 7

En regard de l’emploi des voix-over, Eva Husson recourt à quatre regards caméra plus foudroyant les uns que les autres. Ancrant une pleine complicité entre les personnages et nous – mais aussi entre eux et le regard de la réalisatrice – ces « instantanés » marquent le point de basculement de chacun des personnage et se veulent révélateur de leurs aspirations. Un même procédé qui devient d’autant plus trouble qu’il se veut à chaque fois singulier. L’intensité de l’interprétation de l’ensemble du casting tient par ailleurs du sublime – et ce d’autant plus que les dynamiques de jeu, à l’image de chacun des caractères, sont plurielles.

Comme le souligne le titre, BANG GANG est avant tout une histoire d’amour moderne. Avec cet aveuglement caractéristique d’une jeunesse qui revendique son droit à l’erreur dans l’intensité du moment. Jouent-ils plus ou moins aveuglement que les personnages ont la maîtrise, soit-elle illusoire, de leur destinée. Un subjugant conte de fées modernes.

BANG GANG
♥♥♥(♥)
Réalisation : Eva Husson
France – 2015 – 95 min
Distribution : Cinéart
Conte de fées moderne(s)

Bang Gang affiche

BANG GANG une histoire d'amour moderne 1

BANG GANG une histoire d'amour moderne 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>