Critique : Balada Triste de Trompeta

On 21/06/2011 by Nicolas Gilson

Envisagé comme un film mosaïque aux styles variés, BALADA TRISTE DE TROMPETA devient un film de genre abscons et singulier… mais si l’on ne pénètre pas – et que l’on ne se fait pas pénétrer par – l’univers voulu par Alex de la Iglesia, le film est proprement épouvantable.

Balada triste de la trompeta

Celui-ci s’ouvre sur l’évocation de l’Espagne de 1937. Sous un chapiteau de cirque, la joie est de mise. Des rires libérateurs qui sont néanmoins brisés par le retour à la réalité de la guerre civile. A cette évocation narrative répond alors celle impressionnante d’un condensé de l’histoire de l’Espagne du 20ème siècle par en générique qui prend une forme de found-footage captivant. Mais sitôt celui-ci ponctué, la dynamique correspond à celle des films de guerre et de combat : tel Rambo, le Clown découvert sous la chapiteau se révèle manier le couteau comme personne. Au commencement le clown se veut tueur.

L’introduction, qui est quelque peu longue, sert de conditionnement. Elle met en place les enjeux qui définissent le caractère du protagoniste principal, le fils du Clown. Quelques années plus tard, celui-ci entre à son tour dans un cirque comme clown triste – destin tracé par son père. Là, il tombe amoureux de l’équilibriste, la propriété du clown joyeux… Et peu à peu BALADA TRISTE vire au film de genre au sein duquel l’obsession de la vengeance s’impose dans une série de (très) nombreux rebondissements conduisant le personnage principal à la folie.

Alex de la Iglesia propose un exercice de style sous forme de fresque. A chaque époque correspond une approche photographique ; à chaque état psychologique, une dynamique de cadrage et d’effets – tant visuels que sonores et musicaux.

Mais au cœur de la folie qui s’impose à l’écran, l’objectualisation de la femme, qui semble aimer et provoquer son état de soumission, et l’humanisation du personnage de Franco peuvent troubler. Chef d’œuvre parodique ou navet d’une rare kitcherie (ah, cette version espagnole de la chanson de Cabrel « La quiero a morir »), c’est selon.

BALADA TRISTE DE TROMPETA
•/♥
Réalisation : Alex DE LA IGLESIA
Espagne / France – 2010 – 107 min
Distribution : Cinéart
Comédie dramatique – Comédie – Fantastique – Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>