Aujourd’hui, on monte les marches !

On 22/05/2013 by Nicolas Gilson

Crainte et excitation : en ce lendemain de soirée faussement décadente, levée de voile sur le protocole de la montée des marches. Au programme la découverte de BEHIND THE CANDELABRA en présence de Matt Damon, Michael Douglas et du réalisateur Steven Soderbergh. Être membre du jury de la Queer Palm, c’est aussi ça.

BEYOND THE CANDELABRE de Steven Soderbergh

Le réveil sonne plus tard que d’habitude, l’objectif de la journée, outre l’un et l’autre film : cette paire de chaussures noires obligatoires pour accéder au tapis rouge. Le rendez-vous est fixé à 18h. Mais en fin d’après-midi tout bascule et déraille presque. Un bug de connexion internet retarde de deux heures la lecture d’un mail essentiel. La réunion avec les autres jurés est avancée à 17h30. Le temps d’enfiler chemise, pantalon et veste, et de sauter dans les soutiers qui flairent bon le cuir c’est au pas de course qu’il faut filer fissa au Martinez. Deux appels manqués et autant de messages sont à constater alors que je prends une attitude étrangement décontractée. La petite nageuse sur le revers de la veste est assorti, en clin d’oeil, au style des actrices découvertes dans TOURNEE de Mathieu Amalric qui nous accompagnent.

La voiture est annulée, c’est donc à pied que nous devant nous rendre en bas des marches. En soi ce n’est jamais que quelques dizaines de mètres à accomplir avant de tomber sur un premier check point. Nous sommes entièrement pris en charge, tout semble organisé, cadré. Le premier barrage est passé. Un second : même rythmique. Nous sommes maintenant en bas des marches, entre les arrivées de voiture et l’allée de photographes. Nous attendons notre tour. Le protocole indiquait notre annonce – oui oui – à 18h10, ce sera plus tard. En attendant, nous pouvons voir de près Jessica Chastain, Adrien Brody, Adriana Karembeu (reconnue grâce à l’annonce de son nom), Beth Dito,… Il n’y a pas de quoi se plaindre. Quoique dedans nous serions assis.

Il nous faut nous organiser : Qui ? Où ? Dans quel ordre ? João Pedro Rodriguez, notre président, au centre, ensuite un jeu d’alternance fille/garçon – somme toute une logique peu normée pour un jury queer mais qui tend cependant à l’harmonie. En file indienne nous avançons bientôt afin de faire face à un premier bloc de photographes tandis que nous sommes un à un présentés – un confrère qui a entendu mon nom estropié peut le confirmer. En une chorégraphie peu harmonieuse nous nous retournons pour prendre à nouveau la pose. Léger capharnaüm. Nous jouons diversement ce jeu qui nous amène à monter avec hâte ou plus de délicatesse les quelques marches qui nous conduisent au Grand Théâtre Lumière.

Nous récupérons nos tickets et pénétrons la hall d’entrée. Nous sommes à l’orchestre, au centre, juste derrière les lignes où des noms imprimés sur papier blanc sont scotchés sur les sièges. Quelques minutes plus tard Michael Douglas, Matt Damon et Soderbergh sont assis trois rangées devant nous. Et nous savons alors que, de la même manière que nous accueillons à son arrivée l’équipe du film, quoi qu’il arrive, nous nous lèverons pour applaudir à la fin de la projection.

BK0ALQOCIAAuyEO

BK0AOgnCcAEU-QT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>