Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté

On 16/10/2012 by Nicolas Gilson

Joyeux divertissement ASTERIX ET OBELIX AU SERVICE DE SA MAJESTE est un pur plaisir. Servi par un fabuleux casting, le film allie une légèreté de ton non dépourvue d’ironie à une mise en scène savoureusement artificielle. Laurent Tirard s’approprie avec brio l’univers de la bande-dessinée de René Goscinny et Albert Uderzo en y insufflant des notes contemporaines qui ne peuvent que faire mouche.

Force est de constater qu’à nouveau les aventures cinématographiques d’Astérix et Obélix composent un « film à casting ». Si Gérard Depardieu endosse pour la quatrième fois le costume de celui qui est tombé dedans quand il était petit, Tirard a eu l’intelligence de confectionner un rôle sur mesure pour Edouard Baer qui rend à Astérix volume et sarcasme. L’ensemble de la distribution est transgénérationnel et d’horizons variés : aux côtés de Catherine Deneuve et de Fabrice Luchini (merveilleux César), de Valérie Lemercier et Guillaume Gallienne, on retrouve ainsi Vincent Lacoste et Charlotte Le Bon, Dany Boon et Jean Rochefort, ou encore Bouli Lanners et Gérard Jugnot.

La ligne scénaristique (cosignée par Grégoire Vigneron) est efficace et repose sur la séquencialité. Bien qu’il fonde en un épisode deux volumes des aventure du célèbre gaulois (« Astérix chez les Bretons » et « Astérix et les Normands »), Laurent Tirard évite les longueurs et tend à un rythme efficient. Jamais il ne perd de vue les enjeux initiaux et s’il met en place des épisodes anecdotiques, ceux-ci ne desservent pas – bien au contraire – le mouvement général. Le réalisateur parvient à trouver le ton initial de la bande-dessinée et à y glisser des référents cinématographiques savoureux !

Le film revêt un caractère résolument contemporain bien au-delà de son casting. L’humour se développe à plusieurs niveaux et à de nombreux degrés, et ne peut que séduire toutes les générations. Le personnage de Goudurix (Vincent Lacoste) est ici moteur. A l’instar de Edouard Baer dans le rôle d’Astérix, ce jeune « beau gosse » est le parfait reflet d’une génération habilement caricaturée. L’archétype est d’ailleurs un moteur dans le film et conduit à des situations et à des échanges délectables. Tirard et ses acteurs s’en amusent… Et cela jusqu’à la mise en place, en leitmotiv, d’un questionnement drolatique quant à la relation qui unit Astérix à Obélix.

L’humour serait-il par contre trop franco-français, qu’il n’en est pas moins appréciable. Les clichés volent après tout dans tous les sens et s’ils n’épargnent pas les bretons, ils ne ménagent pas davantage les gaulois…

La mise en scène, pensée par rapport à une tridimentionalité qui fatigue la rétine, est toute artificielle. Laurent Tirad semble s’amuser et amuse le spectateur par la même occasion. Il recourt à de nombreux effets dans le but de mettre en place un complet divertissement. Le tout est empli d’humour et parsemé de surprises (notamment dans l’emploi de la musique)… Loin d’être révolutionnaire, le film présente l’intérêt de faire rire de bout en bout !

ASTERIX ET OBELIX AU SERVICE DE SA MAJESTE
(ASTERIX ET OBELIX 4)
♥♥(♥)
Réalisation : Laurent TIRARD
France – 2012 – 109 min
Distribution : Cinéart
Comédie / Aventure

Comments are closed.