An Episode In The Life of An Iron Picker

On 12/02/2014 by Nicolas Gilson

Danis Tanovic s’intéresse au quotidien d’un petit ferrailleur qui tente de faire survivre sa famille comme il le peut afin de rendre compte de la discrimination subie par les petites gens en marge des privilèges sociaux. Il met en scène une histoire vraie interprétée par ceux à qui elle est arrivée.

« - C’était mieux durant la guerre. »

Serena, accablée par la douleur, est conduite par son mari Nazif chez le médecin où ils apprennent que l’enfant qu’elle attend est mort et qu’elle doit se rendre à l’hôpital afin de subir un curetage. Une fois sur place, on refuse de s’occuper de Serena car elle n’a pas d’assurance. La seule solution est de payer les frais d’opération qui sont inabordables pour Nazif à qui on refuse un étalement de la facture. Le couple n’a d’autre solution que de rentrer, sans que Serena ne soit soignée. Nazif tente alors de trouver une solution.

Danis Tanovic construit son scénario en deux principaux mouvements : après une mise en place de la réalité de vie de Nazif et Serena, il reconstitue l’épisode où celle-ci a failli perdre la vie à cause d’un système social discriminatoire. La première partie du film repose sur une captation quasi documentaire des gestes de Nazif et de Serena que la réalisateur aborde dans leur ritualité : Nazif collecte de la ferraille afin de ramener quelque argent tandis que Serena s’occupe de leurs filles et tient la maison où elle prépare à manger et fait la lessive. Avec efficacité, Danis Tanovic pose le cadre réaliste qui va devenir le théâtre d’une tragédie pourtant banale.

Il compose celle-ci très simplement, action après action, afin de rendre compte avec d’autant plus de virulence du visage abjecte que peut revêtir la société. Nazif entre dans un combat pour sauver sa femme : comment trouver la somme d’argent nécessaire ou parvenir à trouver une solution permettant de faire soigner Serena. AN EPISODE IN THE LIFE OF AN IRON PICKER a été filmé avec un appareil photo (un Canon 5D mark II) et cela se ressent quelque peu à l’image (le rythme de certains mouvements ou de la neige qui tombent peuvent étonner) tant en transcendant un réalisme sec et vivifiant.

L’une des forces du film peut en être le principal défaut : les interprètes du film sont également les protagonistes qui ont vécu l’épisode mis en scène. Les décors dévoilent leur intimité et la merveilleuse complicité entre Nazif, Serena et leurs enfants se veut irradiante tant elle est palpable. Les interactions sont tantôt très justes, tantôt très fausses. Certains personnages secondaires conduisent à un curieux trouble où fiction et réalité se rencontrent : ainsi la mère de Serena semble se méfier de la caméra à laquelle elle adresse ses regards.

La mise en scène se révèle duale. Danis Tanovic compose avec la fiction et la réalité en mélangeant une mise en scène quelque fois palpable et une captation documentaire qui laisse souvent place à des instants lumineux (à l’instar des jeux des petites filles).

EPIZODA U ZIVOTU BERACA ZELJEZA
An Episode In The Life of An Iron Picke
♥♥
Réalisation : Danis Tanovic
Bosnie-Herzégovine / France / Slovénie – 2013 – 75 min

Berlinale 2013 – Compétition Officielle

 

Mise en ligne initiale le 13/02/2013

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>