Critique : Amy

On 06/07/2015 by Nicolas Gilson

Le timbre de sa voix et son franc-parlé ont fait d’Amy Winehouse la star qu’elle ne pensait pas devenir. Une ascension fulgurante dont le prix aura été sa vie. Comme le laisse présager le titre, AMY nous confronte à l’intimité de la chanteuse : une plongée sans détour, au fil d’archives personnelles, familiales et médiatiques, dans l’intimité de l’interprète de « Rehab ». Grâce à Asif Kapadia nous découvrons son goût pour la marijuana, l’alcool, le crack ou encore l’héroïne, sans oublier sa boulimie. Un travail documentaire qui tient du pur sensationalisme.

It’s so boring without drug

Qu’apprenons-nous sur la chanteuse que nous ne sachions déjà ? Si ce n’est rien, pas grand chose. La force ou l’intérêt de l’approche du réalisateur est toutefois de recomposer avec une série de documents inédits le portrait d’une jeune femme projetée au sommet d’une célébrité qu’elle ne se sentait pas la force d’affronter. Réel reflet d’une société du « tout aux médias » la méthode dérange moins que certaines archives employées et autres témoignages tant ils nous précipitent dans une intimité dont nous devenons les voyeurs et dont nous sommes peut-être, au-delà, les commanditaires.

AMY_03

Asif Kapadia parvient-il à démontrer que les tabloïds ont ruiné la santé de l’artiste que sa démarche s’y apparente. Commanditée par Universal*, la production de AMY n’a été possible qu’en gagnant la confiance de ceux qui refusaient pourtant de témoigner. Embarqués dans le projet, les plus proches amies d’Amy Winehouse et son premier manager – et alors ami – lui confèrent son essence. Ils évoquent l’adolescence en banlieue et les premières étapes d’un succès qui les éloignera quelque peu de celle qui est bientôt propulsée star.

Le film se structure autour des témoignages de proches et de professionnels ayant côtoyé Amy Winehouse qui trouvent un écho dans des documents d’archives tantôt inédit (et donc personnels) tantôt public – soulignons que peu d’entre eux apparaissent à l’écran. L’approche se veut apriori chronologique, le film s’ouvrant sur un document vidéo datant de 1996 et survolant bientôt la réalité familiale d’une jeune fille qui trouve dans l’écriture, le chant et la guitare une respiration. Néanmoins, nous nous en rendons compte bien vite, la chronologie se double de lignes thématiques qui chapitrent les grands mouvements – ou basculements – de la vie et de la carrière de l’artiste.

Vodafone Summer Series, Somerset House, London, Britain - 20 Jul 2007

Le caractère intime de certains documents pose-t-il question que le travail de montage réalisé est saisissant. Si nous ne pouvons que regretter une orchestration atmosphérique à coup de plages musicales franchement dictatoriales, le soin accordé au traitement des images (car il n’est pas prévu que des vidéos filmées sur un téléphone portable soient projetées au cinéma) et à celui du son est admirable. Epinglons particulièrement les passages d’épreuves « masterisées » au enregistrements bruts (ou inversement) qui sont par ailleurs quelques fois nourris du brouillon des paroles.

Une promiscuité qui nous rendrait presque complice de ces instants et qui se double néanmoins d’un sentiment de gêne : comment ne pas mettre en perspective le rôle joué par les médias dans la déchéance qui a frappé une jeune femme en perte de repère et dont les péripéties ont fait les choux gras de la presse à scandale ? La popularité qui revient par ailleurs comme un cruel leitmotiv semble avoir mené à un sordide engrenage qui n’est que le miroir de notre société voyeuriste et exhibitionniste (le mari et le père d’Amy Winehouse étant de miséreux exemples) – une mouvance dans laquelle Asif Kapadia inscrit le film, sans doute malgré lui.

*Deux ans après la sortie de SENNA, (le producteur) Gay-Rees a été contacté par David Joseph, PDG d’Universal Music Royaume-Uni.

Amy-posterAMY

Réalisation : Asif Kapadia
Royaume-Uni – 2015 – 127 min
Distribution : Cinéart
Documentaire tabloïd

Cannes 2015 – Sélection Officielle – Séance de minuit

Cannes 2015 signature 2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>