Critique : American Ultra

On 18/08/2015 by Nicolas Gilson

Signant la réalisation du scénario totalement barré de Max Landis (un nom a priori à retenir), Nima Nourizadeh s’offre, après PROJECT X, un casting 5 étoiles pour notre plus grand plaisir. Emportée par Jesse Eisenberg et Kristen Steward, la distribution de AMERICAN ULTRA en assure la crédibilité. Flirtant avec la série b, le film a tout pour devenir culte.

American Ultra - noodles

Sujet à des crises de panique, Mike Howell (Jesse Eisenberg) est contraint d’annuler ses vacances à Hawaï avec sa petite amie Phoebe (Kristen Steward). Pourtant c’eut été l’occasion parfaite pour lui demander sa main dans un décor idéal. Fumeur de joints sans réelle ambition, Mike travaille dans une supérette où il rêvasse en croquant les aventures d’un chimpanzé qu’il aime à conter ensuite à Phoebe. Après la visite d’une cliente au discours incohérent, il se fait agresser et, malgré lui, envoient ses assaillants au tapis. A nouveau chétif, il appelle Phoebe à l’aide . Une question le taraude : comment a-t-il pu de sang froid tuer deux personnes ?

En guise de prologue, le film s’ouvre sur une scène d’interrogatoire hallucinante, transformant un l’espace clos d’une salle d’interrogatoire en décor de western. Mike y apparait inquiétant, couvert de sang et de cicatrices. En face de lui, un agent fédéral prêt à en découdre. Le rythme est soutenu, le découpage et le montage se veulent électrisant. Déjà le sang trouve son origine, l’horreur se dessine. Mais lorsque Mike parle, le contraste est saisissant. C’est avec candeur qu’il se propose d’entamer son récit là où tout à commencer…

Un succinct rebobinage, où se mêlent hémoglobine et feux d’artifice, nous met en appétit. Nous sommes bientôt trois jours plus tôt, Mike s’apprête à partir à Hawaï, n’y va pas, reprend son boulot, dessine, fume des joints, bref vit son quotidien avec l’excitation de demander Phoebe, sa petite amie, en mariage. Parallèlement à cette narration somme toute réaliste, nous sommes confrontés à une cadre de la CIA qui est informée de l’élimination proche d’un agent secret dont elle avait la tutelle : Mike dont on a pris soin de supprimé la mémoire. Elle décide d’intervenir et tente de l’avertir en lui adressant un message codé. Mike la prend-il pour une illuminée qu’il est alors « réactivé »…

American-Ultra-Eisenberg

Juxtaposant deux lignes narratives qui s’épousent ensuite, l’introduction permet de caractériser les protagonistes tout en asseyant, radicalement, l’hypothèse de la comédie. Le trait est-il plutôt épais qu’il n’est pas dépourvu de nuances garantes de notre curiosité et de notre enthousiasme. Lorsque le basculement s’opère, alors que Mike tue quelqu’un avec une cuiller, nous sommes conquis. Les rebondissements sont explosifs sans que jamais le scénario ne perde de vue les motivations des protagonistes – en sommes, scénariste et réalisateur s’en donnent-ils à coeur joie qu’aucun élément n’est gratuit.

L’hybridité stylistique de l’écriture trouve un écho esthétique détonnant parfaitement maîtrisé et assumé par Nima Nourizadeh. Oscillant entre les genres, le réalisateur parvient à mettre en place une tonalité homogène, délectable et surprenante. Il n’a nulle crainte de noircir le trait flirtant avec la parodie et le sirupeux sans jamais sombrer dans le ridicule puisqu’il est justement l’une de ses armes. L’artificier s’amuse en pensant sans cesse à nous, les spectateurs. Bref, l’approche est jubilatoire.

Un enthousiasme auquel n’est pas étrangère la distribution. Nima Nourizadeh oriente habillement sa direction d’acteurs sur plusieurs gammes de jeu paradoxalement contraires. Jesse Eisenberg et Kristen Steward habitent-ils leur protagonistes avec réalisme que d’autres donnent dans la plus pure exagération – ce qui n’empêche pas bien des contagions. Un contraste éblouissant qui est l’un des moteurs d’abord de notre curiosité et ensuite de notre allégresse.

American UltraAMERICAN ULTRA
♥♥♥
Réalisation : Nima Nourizadeh
USA – 2015 – 99 min
Distribution : eOne
Comédie / Action

American-Ultra-Jesse-Eisenberg American Ultra - still american-ultra-Eisenberg-Steward

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>