Critique : Amer

On 05/10/2009 by Nicolas Gilson

AMER convie le spectateur aux coffins du désir et de la terreur. Se présentant comme un film de genre stylisé, il bascule rapidement dans l’ordre de l’érotique sans jamais perdre la tension et l’oppression mise en place dès le générique d’ouverture. Fort d’une esthétique singulière, il apparaît être un terrain de rencontre hybride entre Maya Deren et Quentin Tarantino.

Le générique d’ouverture place le spectateur en condition : coloration de pellicule privilégiant les tons rouges et bleu, split-screen, gros plans à très gros plans présentant principalement des regards et une musique oppressante qui démarre au quart de tour. Le spectateur est à vif et sa curiosité est aiguisée. Il peut rencontrer la protagoniste du film alors fillette. L’importance du regard s’impose et, au-delà, celle de la pulsion scopique. Les réalisateurs fondent la perception du spectateur à celle de l’enfant. Le point de vue est alors radical et l’oppression mise en place est renforcée tant par la dynamique du cadrage – du gros plan au très gros plan –, que par le montage et l’hypothèse sonore – respirations et souffles glaçant.

amer-bouche

Mais déjà, contrairement au film de genre classique, le spectateur en sait moins que la protagoniste. Il est perdu, confronté malgré lui à ce qui se révèle être son inconscient. D’abord au travers de ses sensations physiques et de sa solitude manifeste. Toutefois un basculement radical a bientôt lieu : l’ordre du narratif perd toute raison d’être. Le spectateur est confronté au ressenti psychologique et fantasmagorique de la fillette. Un acte – ou plutôt un objet de regard – en est l’origine : la découverte de ses parents en pleine relation sexuelle. Gros plans et morcellement du corps engendrent un érotisme magnifié, renforcé par la coloration de la pélicule.

Le basculement qui s’opère est la confrontation de l’enfant au désir. Un désir certes magnifié mais incompris. Un désir douloureux, assimilé à la mort. Horreur et érotisme font alors corps, intelligemment. Désir féminin et terreur s’entremêlent. Par leur radicalité et leurs choix esthétiques, le duo de réalisateurs redonne au genre ses lettres de noblesse.

Trois périodes de vie prennent place, avec à chaque fois un érotisme enivrant mais aussi terrifiant. Le morcellement du corps, canon de la pornographie, prend un envol particulier grâce à l’enveloppe matérielle qui recouvre sans cesse la chair sublimée. La frontière entre le désir et son assouvissement, entre l’érotisme et la pornographie, est subtilement tiraillée sans jamais être dépassée. De plus les choix musicaux renforcent la sublimation du corps en engendrant une impression de temps suspendu. Cattet et Forzani mettent en scène une terrifiante approche de la pulsion sexuelle. AMER est un film radical, éprouvant et enivrant qui convie le spectateur au coeur d’improbables méandres.


AMER
♥♥♥♥
Réalisation : Hélène Cattet et Bruno Forzani
Belgique/France – 2009 – 90 min
Horreur, érotique, expérimental

Trackbacks & Pings

  • Cinem(m)a » Les nominations ! :

    [...] Film AMER (Anonymes Films – Eve Commenge) LES BARONS (Entre Chien et Loup – Sébastien Delloye et Diana [...]

  • Cinem(m)a » Zoom Arrière : 2010 en 10 films :

    [...] AMER de Hélène Cattet et Bruno Forzani AMORE (IO SONO L’AMORE) de Luca Guardagnino LES AMOURS IMAGINAIRES de Xavier Dolan AÑO BISESTIO (ANEE BISSEXTILE) de Michael Rowe DOGTOOTH (CANINE) de Giorgos Lanthimos ENTER THE VOID de Gaspard Noé FIVE MINUTES OF HEAVEN de LES NOMS DES GENS de Michel Leclerc POLICE ADJECTIVE de Corneliu Porumboiu VINCERE de Marco Bellocchio [...]

  • Autour d’Amer | Cinem(m)a :

    [...] d’Helène Cattet et Bruno Forzani suivis d’un film surprise. Les réalisateurs d’AMER (au programme du nova jusqu’au 06/06) seront présents à la [...]

  • Rencontre : Amer | Cinem(m)a :

    [...] 26/04 AMER de Hélène Cattet et Bruno Forzani sera projeté en avant-première au cinéma Churchill à Liège [...]

  • Informations : Nova | Cinem(m)a :

    [...] programme : AMER, EVERY DIES BUT ME, un collectif de cinéastes et d’artistes marseillais, du cinéma [...]

  • AMER sortie belge annoncée ! | Cinem(m)a :

    [...] AMER de Hélène Cattet et Bruno Forzani est enfin annoncé en Belgique ! Il sortirait le 29/04 … [...]

  • AMER à l’Absurde Séance de Paris | Cinem(m)a :

    [...] sa présentation en compétition officielle à Gerardmer et avant sa sortie française le 03/03, AMER de Hélène Cattet et Bruno Forzali sera projeté ce 20/02 en avant-première à Paris au cinéclub [...]

  • Tweets that mention Amer | Cinem(m)a -- Topsy.com :

    [...] This post was mentioned on Twitter by AMER le film, AMER le film. AMER le film said: "Un film radical, éprouvant et enivrant" http://www.ungrandmoment.be/amer/ [...]

  • AMER en sélection officielle à Rotterdam ! | Cinem(m)a :

    [...] AMER de Helène Cattet et Bruno Forzani est sélectionné en compétition au festival de Gerardmer (27-31/01/10) et fera également partie de la sélection officielle du prochain Festival International du Film de Rotterdam (27/01 – 07/02/10). Ce singulier film belge mêlant horreur, érotisme et fantastique, encore inédit sur nos écrans, sortira le 03 mars en France. Déjà primé en Suède (Fantastik film Festival 2009), à Sitges (International Fantastic Film Festival 2009) ou encore Malaga (Fancine Malaga fantastic Film Festival 2009) ce film admirable a également reçu le prix du public lors de la dernière édition du Festival Nouveau Cinéma de Montréal. [...]

  • FIFF : 07/10/09 | Cinem(m)a :

    [...] AMER d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, sans le moindre doute le long métrage belge le plus magistral et radical de tout le festival, est projeté une ultime fois. [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>