Alléluia : Deux longs, un court

On 24/04/2014 by Nicolas Gilson

Avec DEUX JOURS, UNE NUIT en compétition officielle, LES CORPS ETRANGERS en compétition court ou encore ALLELUIA à la Quinzaine, à Cannes, le cinéma belge est à la fête !

deux-jours-une-nuit

DEUX JOURS, UNE NUIT

Depuis 1996 et la présentation de leur second long-métrage, Jean-Pierre et Luc Dardenne n’ont raté aucun rendez-vous cannois. Après le succès remporté par LA PROMESSE à la Quinzaine des réalisateurs, « les frères » n’ont eu cesse d’avoir les honneurs de la Compétition Officielle.

En 1999, ils décrochent une première Palme d’Or pour ROSETTA qui vaut également le prix d’interprétation à Emilie Dequenne alors révélée. En 2002, c’est Olivier Gourmet qui est distingué pour son rôle dans LE FILS. Trois ans plus tard, les Dardenne remportent une seconde Palme d’Or pour L’ENFANT. En 2008, leur palmarès cannois s’agrandit encore avec le Prix du Scénario pour LE SILENCE DE LORNA. Présenté en 2011, LE GAMIN AU VELO reçoit le Grand Prix. Aussi c’est forts d’avoir figuré systématiquement au Palmarès que « les frères » s’imposent avec la sélection de DEUX JOURS, UNE NUIT comme les « grands prétendants » à une troisième Palme d’Or – ce qui serait une première dans l’histoire du festival.

ALLELUIA / LES CORPS ETRANGERS

Après avoir mis la croisette en émoi en 2004 avec la présentation de son premier long-métrage CALVAIRE à la Semaine de la Critique, Fabrice du Welz pourrait déstabiliser le public de la Quinzaine des réalisateurs où ALLELUIA sera présenté. Adaptation libre d’un fait divers qui a secoué les Etats-Unis de 1947 à 1949 le film met en scène une tragédie meurtrière. A noter que l’on retrouve dans ALLELUIA les personnages de Calvaire, et notamment Gloria, cette femme obsédante et fantomatique, incarnée par Lola Dueñas.

alleluia

« Le film est né de l’envie de retrouver Laurent Lucas, dix ans après CALVAIRE. J’ai envie de construire quelque chose avec Laurent. A cela s’ajoute l’envie d’utiliser le contexte des Ardennes et des paysages hostiles qui ont marqué mon adolescence. » – Fabrice du Welz

Fort de parvenir à créer un climat tout à la fois visuel et sonore, Fabrice du Welz tend à un cinéma des sensations. Propulsé sur le devant de la scène avec CALVAIRE, il s’impose comme l’un des réalisateurs belges les plus singuliers. En 2007 il signe le superbe VINYAN offrant à Emmanuelle Béart l’un de ses plus beaux rôles. Il a depuis réalisé COLT 45 qui semble toutefois être toujours en post-production. Si jusqu’à COLT 45 Fabrice du Welz a collaboré avec le chef opérateur Benoit Debie (CALVAIRE, VINYAN, IRREVERSIBLE, ENTER THE VOID, SPRING BREAKERS), c’est Manu Dacosse qui signe la photo d’ALLELUIA (dont l’univers esthétique participe au grandiose d’AMER et de L’ETRANGE COULEUR DES LARMES DE TON CORPS d’Hélène Cattet et Bruno Forzani.

Enfin, LES CORPS ETRANGERS de Laura Wandel concourra pour la Palme d’Or du meilleur court-métrage !

les corps étrangers

Mais aussi…

Outre la sélection de ces trois films « majoritaires », le cinéma belge attestera tout au long du festival de sa vitalité ! Côté compétition officielle, les frères Dardenne seront également présents avec JIMMY’S HALL de Ken Loach dont ils sont coproducteurs tandis qu’on l’on retrouve Jérémie Renier à l’affiche de SAINT LAURENT de Bertrand Bonello. Au Certain Regard, XENIA du cinéaste grec Pános H. Koútras est également coproduit en Belgique tandis que Benoit Debie signe la photographie du film de Ryan Gosling, LOST RIVER. A noter encore le documentaire CARICATURISTES : FANTASSIN DE LA DEMOCRATIE (en séance spéciale) et puis, aussi, GRACE DE MONACO d’Olivier Dahan coproduit et tourné en partie en Belgique.

Cannes 2014 visuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>