A Simple Life (Tao Jie)

On 16/08/2012 by Nicolas Gilson

A SIMPLE LIFE est le portrait croisé de Ah Tao, une domestique depuis toujours au service d’une riche famille hongkongaise et de Roger, l’un des héritiers de cette famille. Lorsque Ah Tao fait une crise cardiaque, elle demande à être placée en maison de retraite. Roger subvient alors à ses besoins et lui rend visite.

Basé sur une histoire vraie – et introduit comme tel par un intertitre servant de préambule – A SIMPLE LIFE transcende une cruelle impression de condescendance. Derrière le misérabilisme voulu par la mise en scène, la situation dans laquelle se retrouve – par sa décision – Ah Tao semble être un parfait exutoire pour Roger qui peut ainsi témoigner du fait que la haute bourgeoisie a un coeur et se veut être généreuse.

Riche héritier, le producteur de cinéma, qui semble avoir acquis le respect et maîtriser les nombres, est présenté comme un homme ordinaire au point d’être confondu avec le réparateur d’air conditionné. Une touche d’humour qui frôle le pathétique. Certes dans une société codée et normée, le fait que le jeune homme s’occupe de la domestique qui a été pour lui comme une mère dévouée est fort de sens mais l’impression que le film n’existe que pour en témoigner s’impose comme dévastatrice – un coup d’oeil du côté de la signature du scénario et de la production exacerbe cette idée.

Au-delà de cette appréhension, le scénario et les choix de mise en scène ancrent un dédaigneux misérabilisme. Si la réalisatrice dépeint avec une froideur réaliste l’univers des maisons de retraite – et une critique sociétale qui va avec – elle s’égare dans des scénettes avilissantes voire monstrueuses tant elles sont d’un goût douteux – à l’instar de la séquence où Ah Tao est obligée de se boucher le nez avec du papier toilette pour pouvoir user des commodités.

La construction scénaristique manque également de clarté. L’équilibre entre les deux principaux protagonistes est relativement douteux d’autant plus qu’il est parasité par des séquences centrées sur des protagonistes secondaires sans que jamais leur situation ou leur caractérisation ne trouve un développement. La galerie de personnages ainsi esquissée permet toutefois d’élargir le point de vue sur le devenir de la société dépeinte mais l’approche de la réalisatrice est telle qu’en plus de manquer de cohérence elle génère un trouble dû au misérabiliste.

Alors, bien que la prestation de Deanie Ip, qui donne paradoxalement vie à Ah Tao, est émérite, une cruelle distanciation rend A SIMPLE LIFE hermétique tant la réalisatrice, qui cherche à figurer son propos, va d’appui en démonstration.

TAO JIE
A SIMPLE LIFE
•/♥
Réalisation : ANN HUI
Hong-Kong – 2011 – 117 min
Distribution : ABC Distribution
Drame

Comments are closed.