A l’Origine

On 10/11/2009 by Nicolas Gilson

Sortie du Film A l’Origine de Xavier GIANNOLI

A l’origine un fait divers intrigant, une âpre détresse sociale, des personnages riches car simplement réels et la volonté d’un cinéaste de rencontrer une situation : A L’ORIGINE un film ennuyeux – bien qu’habilement dirigé, à la fois juste et terriblement appuyé, dont le récit s’épuise inexorablement.

A l’origine un petit escroc interprété par François Cluzet : le spectateur le découvre de manière admirable grâce à la mise en scène et l’écriture sur laquelle elle repose. Ses gestes, ses intentions prennent rapidement sens. Il est seul, un peu las et sillonne la France dans le but de se faire de l’argent sur base d’arnaques bien ficelées. Aussi le spectateur adhère à son point de vue, bien que se distanciant quant à ses actes il se fond à la tension et au stress suggérée par la possible découverte de la vraie nature de ses intentions. Aussi lorsque le récit en tant que tel s’ouvre, lorsque l’escroc se présente dans une petite ville désespérée au taux de chômage plus qu’élevé où il se rend compte qu’il peut flouer bien du monde, le spectateur se retrouve dans une terrible position : celle d’être avec lui, d’avoir peur que ses combines ne le trahissent mais aussi celle de savoir que tous vont être floués, utilisés, épuisés par cet homme sans scrupules. Déjà la principale faille du personne voit le jour : il est bien trop mou, bien trop effacé que pour être crédible. Mais la force de la réalisation est telle que le spectateur se fond presque à lui – merci les renforts musicaux.

Le spectateur se trouve alors dans une double position, à la fois inconfortable et intéressante qui cependant n’est pas développée plus profondément. Car l’écriture va alors s’épuiser tant le récit devient long, alambiqué et fatigant. Romance, humanisme, rebondissements divers surviennent et fatiguent proprement. Le point de vue de départ s’efface, le spectateur est maintenant confronté à une kyrielle de protagonistes, d’impressions et de points de vue … Certaines séquences séduisent, d’autres sont proches du misérabilisme, mais toujours une réelle sincérité transparaît grâce à la force de jeu de l’ensemble du casting.

Le principal problème tient en ce que le basculement qui s’opère dans les motivations du protagoniste principal n’est aucunement motivé, pire encore il n’apparaît pas : le méchant se réveille gentil comme si la nuit avait été magique. Et cela est bien dommage car ce manque à lui seul rompt le charme que le film aurait pu avoir, il rend assassine la moindre erreur et, pire, il remet en cause l’intérêt même de l’ensemble du développement.

A L’ORIGINE
*(*)
Réalisation : Xavier GIANNOLI
France – 2008 – 130 min
Distribution : Victory Productions
Drame
EA

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>