71′

On 08/02/2014 by Nicolas Gilson

Né en France en 1977 d’une mère française et d’un père anglais, Yann Demange a vécu à Londres dès l’âge de trois ans. Les affrontements en Irlande du Nord ont été une toile de fond durant toute son enfance sans qu’il ne puisse alors saisir les tenants et les aboutissements du conflit. Désirant aborder le sujet sans pour autant chercher à en établir l’histoire, il a travaillé avec Gregory Burke sur le scénario de 71′ qui, comme l’indique le tire, prend place au début des années 1970. Une période-clé où de nombreux jeunes hommes qui s’engageaient dans l’armée en pensant être envoyés en Allemagne ont découvert la réalité de Belfast – à feu et à sang – à laquelle ils ne s’attendaient pas.

71-berlinale

Hands off your cocks, feet in your socks

Jeune recrue de l’armée, Gary Hook (Jack O’Connell) suit avec ses camarades un intense entrainement physique. Alors qu’il pensait être envoyé en Allemagne, il apprend que son régiment part pour Belfast où la situation est alarmante. Il s’agit toutefois pour lui d’un territoire inconnu. Arrivé sur place, après une explication sommaire de la nature des affrontements, il participe à une intervention qui dégénère et au cours de laquelle il se retrouve isolé. Il doit alors survivre.

Se concentrant d’abord sur le personnage de Gary, le scénario en esquisse un portrait troublant. La personnalité de cette jeune recrue parmi les autres se révèle peu à peu dans ses interactions avec ses comparses mais aussi avec son petit frère à qui il rend visite avant de partir à Belfast. Le spectateur est alors fondu à son ressenti et découvre avec lui l’agitation et le trouble qui « justifie » l’intervention militaire. L’écriture se développe ensuite sous plusieurs points de vue ce qui est tout à la fois déstabilisant et judicieux. L’importance de ce personnage pourtant toujours central fait alors place à la confusion même de la situation. S’il peut être regrettable que le scénario s’émancipe de l’unicité du regard du jeune homme, cette démultiplication de l’approche permet de mettre en scène la complexité d’un conflit où le rôle de certains s’avère bien sibyllin.

Gregory Burke et Yann Demange composent un scénario où l’action et le suspens deviennent toutefois centrales, excitant avec brio l’attention du spectateur. Ils questionnent aussi en sous-texte l’engagement des enfants – plus et moins jeunes – dans les conflits armés auxquels le film ne peut que faire écho universellement.

L’approche esthétique est tout à la fois sensationelle et démonstrative. Le réalisateur parvient admirablement à transcender le ressenti du protagoniste principal ou à rendre palpable la confusion qui règne lors de l’émeute qui le conduira à être isolé. Le spectateur est alors plongé au coeur de l’action et déstabilisé au même titre que Gary jusqu’à en partager les troubles auditifs et visuels ou la fatigue. Toutefois, parallèlement, il est confronté à une série de protagonistes et de situations dont il reste à distance – ce qui assoit alors son statut de spectateur.

La photographie, en dehors de flairs regrettables, est souvent admirable : la mobilité du cadre permet de transcender l’agitation – tant physique que psychologique – de Gary. Manque-t-il de confiance tant par rapport à l’écriture qu’à la mise en scène que le réalisateur enrobe le film d’une musique atmosphérique certes efficace mais franchement dictatorielle. Pourtant Yann Demange gagnerait à tendre à l’épure dont témoigne son habile direction d’acteurs.

71

71′
♥(♥)
Réalisation : Yann Demange
Royaume-Uni – 2014 – 99 min
Distribution : /
Drame / Action

Berlinale 2014 – Compétition Officielle

71-Yann-Demange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>