62# Berlinale : Vale !

On 19/02/2012 by Nicolas Gilson

La 62 ème Berlinale s’est clôturée avec la remise de l’Ours d’Or aux frères Taviani pour leur superbe film CESARE DEVE MORIRE. Si cette édition fut quelque peu décevante quant à beaucoup de films sélectionnés, elle n’en fut pas pour autant moins intéressante. Avec un engagement politique certain et la volonté de mettre en place un réel dialogue sur la société, le Festival International du Film de Berlin a loué la notion d’individualité.

Nombreux sont les films à l’instar de BARBARA – étrange Ours d’argent de meilleur réalisateur pour Christian Petzold qui signe un film décevant très artificiel à la mise en scène palpable – ou encore VITO (documentaire de Jeffrey Schwarz présenté au Panorama sur le militant Vito Russo auteur de « The Celluloïd Closet »), nombreux sont les films qui auraient pu arborer comme titre un simple prénom : Gaëlle pour le troublant A MOI SEULE de Frédéric Videau, Simon pour L’ENFANT D’EN HAUT de Ursula Meier (Prix Spécial du Jury), Sidonie pour l’improbable ADIEUX A LA REINE de Benoît Jacquot – la déception de l’ouverture – Satché pour AUJOURD’HUI, Eric pour KEEP THE LIGHTS ON d’Ira Sachs (un film, présenté au Panorama, qui a le mérite de nous mettre mal à l’aise et qui remporte à juste titre le Teddy de la meilleure fiction)…

La notion d’individu est également au centre du film de Paolo et Vittorio Taviani, en mettant en scène des détenus dans les rôles de la pièce de Shakespeare « Jules César » et ce au coeur même de leur prison, ils esquissent un très intéressant portrait de société – la nôtre – et rendent étrangement contemporaine une sensible tragédie sociétale en posant la question de ce qu’est un homme.

ELLES de Malgoska Szumowska (autre film du Panorama) répond à cette même logique de regard à la fois sur les individus et sur la société. Un regard qui fut pluriel dans de nombreux documentaires dont certains s’intéressaient au printemps arabe. Dès la cérémonie d’ouverture le ton fut donné de cet engagement sociétal autour des individualités avec l’intervention de Boualem Sansal (membre du jury de cette édition) – et l’écho qui lui fut donné par Xavier Beauvois ne cessant de l’applaudir à force de « bravo ».

Et ce cinéma engagé n’a pas fait peur au public qui était comme chaque année présent, faisant patiemment la queue afin d’obtenir des tickets. Car là est la force de la Berlinale : son ouverture au public ! Le cinéma, bien qu’également starifié afin d’assurer la médiatisation de l’événement – n’a-t-on pas vu Meryl Streep recevoir un Ours d’Or d’honneur –, est appréhendé comme un théâtre commun à tous et non seulement aux élites défilant sur un tapis rouge.

Comme de coutume le festival a accueilli l’organisation des Teddy dont le jury a dû visionner quelques 48 films abordant les thématiques queer (ou LGBTI). Déjà à leur 26 ème édition les grands frères du Queer Lion et de la Queer Palm sont le plus important événement cinéma queer et s’imposent comme parrain légitime de l’ensemble des festivals queer. Un engagement en soi de la part de la Berlinale traduisant, s’il est encore nécessaire, son ouverture sur le monde.

Palmarès Compétition Officielle :

Ours d’Or – Meilleur Film
CESARE DEVE MORIRE Paolo & Vittorio Taviani

GRAND PRIX – Ours d’Argent
CSAK A SZEL (Just The Wind) Bence Fliegauf

Ours d’Argent – Meilleur réalisateur
Christian Petzold pour BARBARA

Ours d’Argent – Meilleure actrice
Rachel Mwanza pour REBELLE (War Witch) de Kim Nguyen

Ours d’Argent – Meilleur Acteur
Mikkel Boe Følsgaard pour 
EN KONGELIG AFFAERE (A Royal Affair) de Nikolaj Arcel

Ours d’Argent – Meilleur contribution artistique
Lutz Reitemeier pour la photographie de BAIN LU YUAN (White Deer Plain) de Wang Quan’an

Ours d’Argent – Meilleur scénario
Nikolaj Arcel et Rasmus Heisterberg pour EN KONGELIG AFFAERE (A Royal Affair) de Nikolaj Arcel

Prix ALFRED BAUER (en mémoire du fondateur du festival pour un travail particulièrement innonvant)
TABU deMiguel Gomes

Prix Spécial – Ours d’Argent
L’ENFANT D’EN HAUT de Ursula Meier

Plus de Berlinale : Cliquez ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>