14# Pink Screens : Focus et Lignes Roses

On 19/10/2015 by Nicolas Gilson

Le Pink Screens propose de célébrer le cinéma et d’explorer les genres et les sexualités, impertinent il n’en est pas moins pertinent posant un regard pluriel sur nos sociétés et bousculant les certitudes conventionnelles à travers des focus et des lignes roses. Cette année, le festival portera une attention particulière à la Grèce et questionnera la notion de frontière(s). La fragilité – thème de la prochaine Zinneke Parade – sera un maître-mot et permettra de souligner l’importance de premières oeuvres sensibles. Il sera aussi question d’identité à travers son ou ses doubles.

La 14 ème édition du Pink Screens aura lieu du 12 au 21/11/2015 au Cinéma Nova, au Cinéma Aventure et à Bozar.

Pink Screens Film Festival 2015 Trailer from Pink Screens on Vimeo.

FOCUS GRÈCE

Cette édition sera l’occasion d’un voyage en terres helléniques où nous partirons à la rencontre d’un archéologue grec et d’un immigré égyptien qui, au coeur de 7 KINDS OF WRATH de Christos Voupouras, s’unissent dans le trouble de leur vécu personnel. Au fil d’une série de courts métrages, nous circulerons d’une réalité à l’autre : du ressenti d’un adolescent fasciné par son bourreau dans PROSEFHI : GREEK SCHOOL PRAYER de Thanasis Neofotistos à la sensibilité d’un gardien de zoo dévasté par le départ du gorille dont il avait la charge dans KING KONG de Nikolaos Kyritsis. Dans QUEEN ANTIGONE de Telémachos Alexiou, le mythe et la réalité se confondent, soulignant avec lucidité la tragédie actuelle du pays. Le film est une fascinante relecture contemporaine et queer du texte de Sophocle mettant en scène une jeune femme qui fait face à la crise et se projette dans la peau de la fille d’Oedipe.

FOCUS FRONTIÈRE

Les frontières que nous aimerions voir, sinon disparaître, s’ouvrir un peu plus provoquent une tragédie sans nom en ce début du 21ème siècle tant elles semblent de plus en plus se refermer sur les égoïsmes nationaux si pas nationalistes de chaque état. Dans ORIENTED de Jake Witzenfeld, nous suivons trois amis palestiniens, de nationalité israélienne, en butte aux clivages de plus en plus violents de la société et de l’état d’Israël. Deux films nous confronteront également aux difficultés et aux vexations subies par des jeunes gens désirant vivre dans un pays dans lequel ils ne sont pas nés notamment avec A ESCONDIDAS de Mikel Rueda qui suit le parcours de Ibrahim, un jeune marocain, dans une Espagne peu accueillante où seul le jeune Rafa, lui-même en rupture, se prend d’affection pour lui. 7 KINDS OF WRATH dessinera quant à lui les difficultés que l’on rencontre à s’intégrer lorsque la méfiance prévaut.

Queen_Antigone_PKS-2015

FOCUS DOUBLES IDENTITÈS

Nous nous définissons à travers l’autre mais serions-nous les mêmes si nous avions empruntés d’autres chemins ? C’est la question soulevée par Marco Berger dans MARIPOSA où le simple battement d’aile d’un papillon pourrait provoquer chez quelqu’un deux destinées différentes . Croisant en permanence ces deux champs des possibles tout au long de son film, le réalisateur questionne la notion de fatalité où le hasard n’aurait pas sa place. Sur sa route, l’héroïne de PRINCESS de Tali Shalom-Ezer rencontre son double masculin par qui elle est irrémédiablement fascinée : deux âmes qui se comprennent et s’unissent dans une androgynie envoûtante. Trouble, l’identité peut aussi être un masque, un leurre. C’est l’expérience à laquelle nous confronte Sophie Deraspe avec LE PROFIL AMINA où, partant d’une relation amoureuse virtuelle entre une lesbienne activiste canadienne et une blogueuse syrienne, la documentariste lève le voile sur un jeu de manipulation sordide basée sur le mensonge.

FOCUS FRAGIL

Dernier fil rose cette année, la notion de fragilité pourrait couvrir l’ensemble de notre programmation. Aussi il nous est apparu essentiel de souligner, à travers le thème porté par la Zinneke Parade, la délicatesse de premiers films de jeunes réalisatrices et réalisateurs mettant en scène des personnages fragiles confrontés à la dureté et l’égoïsme du monde extérieur. MARGARITA, WITH A STRAW de Shonali Bose et Nilesh Maniyar nous emporte ainsi, au fil de la sensibilité de Laila, au-delà de son hadicap, dans le plaisir de la sexualité et des expériences. LA VISITA de Mauricio Lopez Fernández nous plonge dans l’atmosphère ultra-conservatrice et silencieuse d’une propriété chilienne dont les habitants sont bousculés par le retour du fils devenu fille. Enfin avec BEIRA-MAR de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon nous partageons les angoisses et l’émoi des premières amours lorsque l’on se sent différent. (Communiqué de presse)

MARGARITA_WITH_A_STRAW_PKS_2015

Le catalogue en ligne

Informations pratiques : www.pinkscreens.org

Pink Screens 2015 affiche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>