12# Pink Screens

On 06/11/2013 by Nicolas Gilson

Cette année encore le Pink Screens investit les cinémas Nova et Aventure, et propose durant 10 jours une programmation queer, porteuse de nombreuses découvertes, composée de pépites qui demeureront pour la plupart d’entre elles inédites. La sélection qui compte plus de 80 films (courts et longs, fictions et documentaires) est complétée par des débats, des rencontres, des expositions, des performances et des soirées dont l’incontournable Pink Night. Du 7 au 16/11, entrevoyez le cinéma comme le théâtre mettant en question et en perspective les notions de sexualités et d’individualités.

Vic+Flo ont vu un ours - Denis Côté

Comme de coutume deux films – et non des moindres – ouvrent les festivités et assoient d’entrée de jeu la qualité et le caractère hétéroclite de la programmation. Le premier, L’INCONNU DU LAC d’Alain Guiraudie, propose une photographie intelligente et sans détour d’un lieu de drague intemporel qui devient le temple d’une tumultueuse passion. Le second film initiant cette 12 édition est le magistral VIC+FLO ONT VU UN OURS de Denis Côté qui met en scène un couple d’ex-taulardes (Pierrette Robitaille et Romane Borhinger) : ce conte surprenant et admirable en tout point voyage à travers les genres et joue avec les attentes du spectateur.

L’un des focus de cette édition est dédié à l’Europe de l’Est et permet à travers le prisme cinématographique d’appréhender sous plusieurs angles comment se vivent les différences, l’activisme ou encore l’éveil à la sexualité. Le documentaire PUSSY RIOT : A PUNK PRAYER permet ainsi de découvrir la réalité du procès des membres du collectif activiste et artistique, et d’envisager à travers de nombreux témoignage la réalité de la Russie d’aujourd’hui. Franchement interloquant, le brillant KLIP de Maja Milos confronte le spectateur au portrait d’une jeune fille serbe hypersexualisée et à travers celui-ci à la photographie d’une société où le dialogue intergénérationnel semble être impossible. La programmation s’arrête également en Pologne où accepter et vivre son homosexualité semble peu aisé. Avec FLOATING SKYSCRAPERS, Tomasz Wasilewski met en scène la tentative de sortir du placard d’un jeune-homme qui tombe amoureux. Derrière une romance conditionnée par de nombreux interdits, le réalisateur révèle l’homophobie et l’intolérance qui touchent toutes les classes sociales et se veulent assassines. Epinglé dans FLOATING SKYCRAAPERS, le catholicisme du pays est l’un des sujets clés du film de Malgorzata Szumowska : IN THE NAME OF met en scène un prête irrémédiablement attiré par l’un des jeunes hommes qu’il encadre. La réalisatrice de ELLES livre un film sensible aussi pertinent que percutant.

CLIP - KLIP Maja Milos

L’autre focus, « Body Positivity », est quant à lui consacré aux corps hors normes et voyage du burlesque à la pornographie en passant par la comédie. Deux premiers films sont à épingler : le très touchant SARAH PREFERE LA COURSE de Chloé Robichaud et PUPPY LOVE de Delphine Lehericey. La festival propose également de découvrir GERONTOPHILIA la dernière réalisation de Bruce Labruce au sein de laquelle un jeune homme est pris de passion « pour les vieux messieurs ». Du côté du court-métrage, quelques cinq séances qui ont été composées parmi lesquelles l’une est dédiée au cinéma belge (avec notamment le super SI J’ETAIS UN HOMME de Margot Reumont).

L’exposition qui prend place dans le bar du cinéma Nova complète le focus « To the East » avec les photographies de Jill Peters et une vidéo de Martynka Wawrzyniak, et propose de découvrir le travail de Randa Mirza et de Félix Maritaud. Parmi les événements qui ponctuent le festival, citons une lecture pornographique pornographique intitulée « Objet d’hystérie ».

Initiées en 2011, les séances scolaires, suivies d’un débat, figurent cette année encore au programme. Organisées en collaboration avec le Délégué Général aux droits de l’enfant, elles visent à éclairer les questions de genres et de diversité sexuelle. En outre, L’INCONNU DU LAC sera également proposé à Liège en décentralisation en collaboration avec les Grignoux.

PINKSCREENS2013

Programme complet : www.pinkscreens.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>