12# Cinemamed

On 05/11/2012 by Nicolas Gilson

La 12 ème édition du Festival du Cinéma Méditerranéen de Bruxelles aura lieu du 9 au 17/11 au Botanique et à Bozar. Outre sa traditionnelle compétition, le festival dédie un focus au cinéma italien, propose un imposant panorama composé de films inédits et de reprise, consacre une rétrospective à Faouzi Bensaïdi (membre du jury de cette édition), présente une grande sélection de documentaires et n’oublie pas le court-métrage.

La programmation est riche et variée à l’image du bassin méditerranéen envisagé au sens large. Depuis de nombreuses années Cinemamed s’est imposé comme le festival cinéma qui joue la carte de la multiculturalité et est devenu un véritable lieu de rendez-vous et de débats. Plus de 70 films sont proposés, parmi ceux-ci quelques reprises qui sont autant d’incontournables à côtés desquels le festival, qui a jusqu’ici lieu un an sur deux, ne pouvait passer à l’instar de TERRAFERMA d’Emanuele Crialese.

Côté compétition, épinglons LES CHEVAUX DE DIEU de Nabil Ayouch, présenté et primé au FIFF en octobre dernier, KUMA d’Umut Dag, qui a ouvert le panorama à la dernière Berlinale, ou l’improbable comédie serbe PARADA de Srdjan Dragojevic. D’emblée la diversité s’impose tant d’un point de vue des genres que des thématiques, avec toujours une volonté de regard(s) sur le monde méditerranéen et son évolution.

Les documentaires sont moteurs de nombreux questionnements à l’instar de ITALY : LOVE IT OR LEAVE IT de Gustav Hofer et Luca Ragazzi qui s’interrogent sur le devenir de leur pays au point d’envisager de le quitter, d’HYMEN NATIONAL de Jamel Mokni qui envisage la reconstitution de l’hymen et met en perspective le mythe de la virginité, ou encore d’une série de films consacrés aux révolutions du monde arabe. Et si vous ne l’avez pas encore vu, le festival offre une nouvelle occasion de découvrir le très intéressant LE THE OU L’ELECTRICITE de Jérôme Le Maire qui est également proposé en séance scolaire – un autre pôle de la programmation, signe de la volonté de sensibilisation du jeune public au médium cinématographique.

Parmi les rendez-vous du festival, signalons la projection de CURUK, THE PINK REPORT (en collaboration avec le Pink Screens et Amnesty International) qui sera suivi d’un débat sur les identités de genre et les orientations sexuelles faisant écho à la publication d’un rapport sur la question par Amnesty. Le film questionne la position de l’armée turque vis-à-vis des homosexuels considérés comme des aliénés et qualifiés de « pourris » (çürük) sur base de plusieurs témoignages.

Programme détaillé : www.cinemamed.be

Comments are closed.