11 # Pink Screens

On 01/11/2012 by Nicolas Gilson

Du 8 au 17/11 le Pink Screens propose à tous de découvrir le cinéma queer sous ses multiples facettes. Questionnant le(s) genre(s) et les sexualités « différentes », le festival bruxellois met en question tout à la fois les individualités, la norme et la société. Durant 10 jours (au cinéma Nova, à Bozar au cinéma Aventure et en décentralisation à Liège et à Charleroi) le festival propose presque 60 films pour la plupart inédits !

Comme de coutume, deux films ouvrent le festival. JOVEN Y ALOCADA, le premier long métrage de Marialy Rivas (dont le court métrage BLOKES était présenté au Pink Screens l’an dernier), met en scène une jeune fille obnubilée par ses envies sexuelles qui en fait part sur son blog alors que sa famille est, à l’instar de la majorité de la société chilienne, très croyante et condamne ses agissements. Singulier et maîtrisé, le film aborde sans détours un sujet ancré dans la réalité et offre à découvrir une photographie de la société chilienne contemporaine. KEEP THE LGHTS ON d’Ira Sachs envisage une passion amoureuse née d’une rencontre purement sexuelle entre deux hommes par l’intermédiaire d’un réseau téléphonique. Un retour dans les années nonante, avant l’apparition d’internet, lorsque le SIDA était père de nombreuses angoisses… Ira Sachs met en scène un film fort et intense, au sein duquel il rend hommage à la culture queer et à ses artistes incontournables, tout en esquissant un voyage dans le temps plein de sens. Troublant.

Cette 11 ème édition du Pink Screens met en avant deux principaux focus : l’un dédié à Fred Halsted en collaboration avec Bozar, l’autre dédiés aux activismes (avec notamment CALL ME KUTCHU de Malika Zouhali-Worrall et Katherine Fairfax Wright).

Fictions, documentaires, cinéma expérimental, essais et cinéma pornographique composent la programmation. Cette année les programmes de courts métrages ont été doublés et proposent une séance MADE IN BELGIUM posant la question de savoir si le cinéma belge peut être queer. Une question peut-être rhétorique puisque HORS LES MURS de David Lambert sera projeté en clôture de l’évènement. Un autre film belge est encore au programme, le court-métrage SI J’ETAIS UN HOMME auquel le Pink Screens a décerné un prix queer lors du dernier FIDEC !

Parmi la programmation épinglons le documentaire LES INVISIBLES de Sébastien Lifshitz, GATOS VIEJOS de Pedro Peirano et Sebastian Silva, FRANCINE de Brian Cassidy et Melanie Shatzky, THE WE AND THE I de Michel Gondry ou encore le très déroutant documentaire (A)SEXUAL de Angela Tucker.

Le Pink Screens c’est aussi des soirées (dont la traditionnelle Pink Night en clôture, la soirée de soutien au festival), des expositions (avec cette année les travaux photographiques d’Emilie Jouvet et de Camilla Storgaard, et les fanzines « Little Joe » et « Dust »), des rencontres (Sébastien Lifshitz, William E. Jones, Myriam Fougère, David Lambert,…), des débats… et des séances scolaires !

Programme complet : www.pinkscreens.org

Comments are closed.