10# TLVFest

On 04/06/2015 by Nicolas Gilson

Il y a maintenant 10 ans, un festival dédié aux films LGBT voyait le jour à Tel Aviv. A l’heure de célébrer sa première décennie, le TLVFest qui doit faire face à des coupes budgétaires, a forgé sa place en marge de la Queer Pride et se présente comme un véritable lieu de rencontres autour des cinémas queer. Mazel Tov !

Comme le rappelle Yahir Hochner, le directeur du festival, en 2014 sur les 280 long-métrages de fiction qui sont sortis en Israël seuls 6 avaient un lien direct avec les thématiques LGBT. C’est souligner l’importance de l’événement qui se meut par ailleurs en distributeur puisque le TLVFest a rendu possible la sortie de 52 TUESDAYS, le troublant projet de la réalisatrice australienne Sophie Hyde mettant en scène la transition d’une mère sous le regard de sa fille adolescente. Mettant en lumière les thématiques « trans », cette 10 ème édition propose plus de 40 long-métrages inédits en Israël (dont certains en première mondiale) et une profusion de court-métrages dont la grande majorité  souligne le foisonnement de la production israélienne.

xenia

XENIA, Panos H. Koutras

Si les séances spéciales ne peuvent qu’exciter les foules (Director’s cut de STUDIO 54, I’M MICHAEL avec James Franco ou encore FRESNO avec Natasha Leon connue pour ses coups de langue dans ORANGE IS THE NEW BLACK), les programmes compétitifs sont d’une très grande qualité. La section documentaire témoigne de la vitalité du genre et permet de brasser une pluralité de thématiques. Il sera question de voyage avec MY PRAIRIE HOME au fil duquel le chanteur trans Rae Spoon évoque l’amour et son identité queer dans des paysages très contrastant, THE AMINA PROFILE où la disparition d’une blogueuse lesbienne syrienne conduit une montréalaise à voyager à travers le monde pour la retrouver et LETTER TO ANITA à mesure que la correspondance d’Anita Bryant révèle le déchirant combat qui a fait d’elle une activiste. Il sera également question d’aller à la rencontre de l’artiste mégalomane Luizo Vega avec son autoportrait THE MATERIAL BOY où il révèle être le fils de Madonna… Enfin un double détour en Allemagne permettra de découvrir le nouveau travail de Jan Soldat qui montre une facette radicale du fétichisme avec ledétonnant PRISON SYSTEM 4614 et d’aller à la rencontre d’un projet atypique mené par Hendrik Schäfer autour du désir et de la pornographie avec NOT SAFE FOR WORK.

Côté fiction, c’est un petit tour du monde en 7 films qui semble se dessiner. Avec le très délicat LA VISITA, c’est au Chili que l’on se rendra en épousant l’hésitation d’Elena qui rentre dans la maison bourgeoise où elle a grandi pour enterrer son père. Une rencontre à laquelle ne s’attendait pas sa mère interdite de voir son fils devenu femme. Si l’Europe revêt plusieurs visages, de la réalité de la Grèce d’aujourd’hui au regard de ses émigrés albanais avec XENIA à un curieux ménage à quatre en Allemagne avec NACHTHELLE en passant par la Lituanie avec THE SUMMER OF SANGAILE où l’ennui se meut en passion… MARGARITA, WITH A STRAW emportera les spectateurs d’Inde aux USA au fil d’un étonnant portrait où se dessine une subjuguante histoire d’amour. Présenté en Compétition à la Berlinale, le majestueux CHA VA CON VA transportera le public dans le Saigon des années 1990 avant de le plonger dans des séquences allégoriques étourdissantes. Enfin STORIES OF OUR LIVES, le projet emporté par Jim Chuchu, sera une confrontation militante et néanmoins poétique à la réalité kenyane.

Les films présentés hors-compétition permettrons de prendre pleinement la pouls de la production queer internationale. Une point de série B (ou plutôt Z) avec DYKE HARD de Bitte Andersson et DEATH IN BUENOS AIRES de Natalia Meta, quelques touches de provocation (creuse) avec THE SMELL OF US de Larry Clark, un essai hybride avec BIZARRE d’Etienne Faure mais aussi une approche suave et surprenante de l’amour sous l’angle de la domination (ou est-ce l’inverse?) avec THE DUKE OF BURGUNDY de Peter Strickland. Epinglons encore la présentation de JE SUIS A TOI de David Lambert ainsi qu’une sélection de court-métrage belges qui ont tous eu les faveurs du Pink screens.

Cha va con va © DNY PRODUCTIONS

CHA VA CON VA, Dang Di Phan

Long-métrages de fiction en compétition

  • CHA VA CON VA (Big Father, Small Father and Other Stories) de Dang Di Phan
  • LA VISITA (The Guest) de Maricio Lopez Fernandez
  • NACHTHELLE (Bright Night) de Benno Fürmann, Anna Frisebach et Vladimir Burkalov
  • MARGARITA WITH A STRAW de Shonali Bose
  • STORIES OF OUR LIVES de Jim Chuchu
  • THE SUMMER OF SANGAILE de Alanté Kavaïté
  • XENIA de Panos H. Koutras

Documentaires en compétition

  • PRISON SYSTEM 4614 de Jan Soldat
  • MY PRAIRIE HOME de Chelsea McMullan
  • NSFW : NOT SAFE FOR WORK de Hendrik Schäfer
  • THE AMINA PROFILE de Sophie Deraspe
  • LETTER TO ANITA d’Andrea Meyerson
  • THE MATERIAL BOY de Luizo Vega

Programme complet : www.tlvfest.com

tlvfest-2015-poster

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>